AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le grand jour

Aller en bas 
AuteurMessage
Kenshin Eiji
Catalyseur d'esprit
avatar

Masculin
Bélier Chat
Nombre de messages : 6621
Age : 31
Classe : Guerrier
Monde : Dol
Grade : Maitre
Humeur :
Date d'inscription : 28/06/2006

Feuille de personnage
Rang: 1
HP:
1150/1150  (1150/1150)
MP:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Le grand jour   Mar 9 Mar 2010 - 17:51

7h00...

La B.G.U commençait doucement a se réveiller, le soleil prenait déjà de l'envergure dans le ciel dégagé, comme pour indiquer qu'aujourd'hui allait être une bonne journée pour les matinaux. Chacun commença a gérer ses petites affaires paisiblement, quelque Seed allèrent vers le garage pour partir en mission, d'autres étaient dans la salle de cours a réviser l'histoire d'Adel et de la larme sélénite au cas ou un contrôle surprise tomberait, et certains dormaient encore, profitant de cette légère brise pour se reposer avant de devoir se lever et de vaquer eux aussi a leurs occupations...

8h00...

Petit a petit, le soleil montait de plus en plus haut, les oiseaux environnants sifflaient en rythme sur les arbres entourant les installations militaires et les cours commencèrent. La serre de combat ouvra ses portes et le stock de bretzel de la cafeteria était déjà proche de la rupture de stock, les dortoirs étaient pratiquement vide, seuls quelques flemmards n'ayant rien a faire restaient encore allongé tranquillement, bercé par la sonnerie annonçant le début d'une nouvelle journée... Quelques retardataires couraient dans les couloirs, faisant résonner le bruit de leurs talons dans le hall se qui ne manqua pas d'attirer l'attention des templier qui n'aimaient pas le désordre.

9h00...

[center]Tout les étudiants étaient finalement en cours et les Seed qualifié étaient déjà partis en mission aux quatre coins du globe, la cafeteria annonça déjà depuis quarante minutes la rupture de stock des bretzel ne manquant pas de faire rechigner plus d'un élève ayant la permanence. L'activité de la B.G.U concernait enfin tout le monde, les dortoirs étaient enfin vide... ou presque. En effet, l'un des étudiants de dernière année était encore tranquillement enroulé dans sa couette sans se préoccuper de l'animation qui régnait dehors. plié sur lui même, il dormait a poing fermé et rien ne semblait pouvoir déranger son sommeil qui touchait pourtant bientôt a la fin de son cycle de récupération. Ce jeune étudiant, c'était un Balambien d'à peu près la vingtaine, qui avait toute les facultés pour être Seed si certaines mesures de précautions n'avaient pas été prises a son envergure. Ce jeune Balambien, c'est Kenshin Eiji, qui n'avait aucunement l'envie de faire quoi que ce soit aujourd'hui... Et pourtant, il avait des choses a faire et c'était d'une très grande importance pour lui.
a 9h13, finalement, le jeune homme ouvra une de ses paupières, puis la deuxième. La première chose qu'il vu, c'était une fille assise sur son ventre, le visage près du sien, une expression faciale complètement neutre qui avait l'air de le regarder des heures durant. Voir Akemi au réveil pourrait faire plaisir a pas mal d'homme, mais quand on sait que la dame n'est qu'un esprit et qu'elle est juste au dessus de vous au reveil, ça peut choquer n'importe quelle personne...


"...greuh..."

Au petit son qu'Akemi balança au visage d'Eiji, il ne put s'empêcher de faire un bon et de se retrouver le cul sur le sol. Regardant Akemi avec hargne, en étant encore sous le choc, il se releva tout en maintenant sa couette chaude autour de son corps.

"Bordel, mais t'es complètement dingue de faire ça au réveil! Si j'étais cardiaque, j'y restais! Sérieusement, t'as fini d'me faire des réveils pareils chaque matin, j'aimerais faire une nuit normale, avec un reveil normal et pour terminer, une journée normale..."
"Blablabla, t'as fini d'te plaindre, prépare toi, t'es a la bourre, t'as oublié ton rendez vous a la cafet? Ce serait dommage de le rater celui la tu crois pas?"

Elle lui montra une lettre qui avait été attaché soigneusement au mur, ainsi que le calendrier marqué d'une croix, Eiji l'arracha du mur d'un geste vif de la main et la regarda a nouveau... Akemi en profita pour s'étirer et continua de sermonner Eiji sur le fait qu'il allait définitivement louper le rendez vous... La lettre en question mentionnait un ordre direct de Squall Leonheart a la vue du tampon administratif, une lettre que l'on reçoit que très rarement et qui rempli de joie l'heureux étudiant qui la reçoit. Eiji était bien évidemment très content d'avoir cette lettre, mais il l'étais moins d'être a la bourre... En effet, la lettre parle d'un rendez vous a la cafeteria pour 8h00 concernant son avenir au sein de la BGU, avec le dénommé Dincht Zell. Eiji savait parfaitement que ça concernait probablement un test pour devenir Seed, tout les doutes sur le fait qu'il soit l'hôte d'un esprit avaient l'air d'être résolus.

"Sans déconner, Akemi, tout les jours tu t'amuses a me réveiller avant l'heure prévue, quand c'est mon jour de repos, tu me laisse carrément pas dormir et la, que j'ai une chance d'être Seed, tu me laisse dormir et tu te contente de te poser tranquillement sur mon bide pour me flanquer la frousse quand j'me réveille..."
"mm... faut être responsable mon petit, c'est pas parce que j'ai pas besoin de dormir que je suis un radio réveil, allez, fais vite, le temps que tu te prépare et que t'y va, je vais faire un tour."

La belle crinière rougeâtre sauta du meuble ou elle était tranquillement posée les jambes croisé, et se dirigea d'un pas léger vers la sortie des dortoirs narguant Eiji d'un sourire narquois comme elle savait si bien les faire pour énerver le Balambien... Et une fois de plus, il se rongea de l'intérieur, préférant penser a sa réunion avec Zell... En lisant son nom sur la lettre, il fût pris d'un étonnement certain. Zell était doué mais complètement surexcité, Eiji l'a déjà vu de temps en temps dans les couloirs de la fac mais jamais il ne l'avais eu comme professeur, c'était certainement pour éviter le favoritisme qu'il devait le voir lui et pas un professeur habituel. Finissant d'enfiler sa veste et son écharpe, il sorti finalement de sa chambre et se dirigea d'un pas haletant vers la cafeteria. C'était pas étonnant comme lieu de rencontre, étant donné que Zell adorait les bretzel, il était fort probable qu'il se trouvait déjà la bas a l'attendre. Puis son esprit fut traverser par une autre pensée, celle du respect. Que devait t'il faire, l'appeler par son prénom? L'appeler par son nom? Se tenir comme un poteau en attendant l'ordre de s'asseoir? Ce genre de politesse le répugniait mais il devait bien faire avec, il verrait le moment venu.
Arrivé a la cafeteria, il jeta un rapide coup d'oeil dans les environs. Aucune trace du professeur blond ou du moins, il s'etait bien caché. Eiji souffla un grand coup, Zell ne se rendrait pas compte du retard de l'élève. Tranquillement, l'étudiant se posa a une table et commanda une boisson sucrée en attendant de savoir quel était le motif de ce rendez-vous.

_________________





Dernière édition par Kenshin Eiji le Dim 14 Mar 2010 - 23:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Linoa Heartilly
Shining hope |Create the hope, not the Chaos
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 118
Age : 29
Classe : •• un ptit coup de Boomrang et ça repart !
Monde : DOL ••
Grade : •• I'm a Chammpionn
Humeur :
Date d'inscription : 28/01/2010

Feuille de personnage
Rang: 6
HP:
1050/1050  (1050/1050)
MP:
900/900  (900/900)

MessageSujet: Re: Le grand jour   Sam 13 Mar 2010 - 12:55

      ( Hrp : J'espère que ça te plaira, mon ptit Ced )

    Journée des plus radieuses en perspective, digne d’un air de vacances, d’envies de prendre le chemin vers une belle plage et un océan d’huile. Mais les belles journées ne sont pas toutes propices aux vacances et la plupart se passent de la plus ennuyeuse des façons. Pourtant, cette journée s’annonçait toute autre encore, bien plus originale à vrai dire. Il fallait s’attendre à une déferlante de surprise et l’une d’entre elles sortait d’une auberge. A l’horizon, l’université flottante, trônant fièrement sur son nuage. Sa vue offrait un pincement de cœur à la demoiselle, trop hâtée de débarquer sur place pour mettre ceux qu’elle connaissait sur place sur le fait accompli de son voyage. Un aboiement la fit revenir à la réalité, tournant son regard pour déposer une caresse sur le haut de la tête du canidé, un sourire déroutant et adorable aux lèvres, il était surement temps de se mettre en route. La veille avait été très fatigante, tant le voyage était long depuis Timber. Laisser sa ville natale dernière elle lui était encore si difficile, pourtant il le fallait, pour qu’enfin elle puisse ne plus dépendre de son entourage… qu’elle puisse, à son tour, défendre ceux qui ne peuvent se défendre seuls. A cette idée, la demoiselle sourit, son pas joyeux accompagné des cabrioles de la chienne, toute aussi heureuse d’être du voyage.

    Un quart d’heure s’écoula alors, le temps nécessaire pour pouvoir pénétrer dans l’université flottante sans devoir passer par des chemins détournés. Il n’était pas temps pour la demoiselle de se mettre dans des embêtements, ces derniers sont toujours si empressés de la rencontrer que s’en était déroutant pour elle. Imaginant déjà la tête de ses amis, cette surprise qui les prendrait en la voyant débarquée presque naturellement dans les lieux … un rire s’échappa des lèvres de la demoiselle, son regard tournait vers le bâtiment principal, oui ils allaient être surpris mais une difficulté la séparait encore de cet instant : la grandeur des lieux et la presque non-connaissance de l’enceinte de l’université par la brunette. Bien qu’un plan se dressé fièrement dans le hall, il n’était pas moins incertain qu’elle puisse tomber sur l’une de ses connaissance dans la première demi-heure. Mais il fallait se trouver ingénieuse et surtout juger des lieux les plus propices à une rencontre… scrutant le plan, il était sur qu’elle n’irait pas de suite vers le bureau du proviseur, non, non, non … en réalité, elle se disait que la cafeteria serait plus propice pour commencer ses recherches.

    Serrant les poings tout en se motivant, tournant le dos au tableau tout en acquiesçant d’un geste de la tête, oui, il était temps de se mettre en route mais surtout de mettre en place sa surprise ! Prenant un pas rythmé, suivit de près par Angel, Linoa Heartilly se mit en marche dans les couloirs tout en saluant ceux qui lui lançaient des regards plus ou moins surpris, plus ou moins amicaux aussi. Le plan des lieux n’était pas le plus simple à mémoriser, Linoa comptait sur l’odorat de son allié pour la conduire vers la cafeteria. Angel trouverait le chemin et d’ailleurs elle avait déjà comprit son rôle dans l’affaire. Prenant les devants lorsqu’il fallait qu’elles tournent, toutes deux, au croisement d’un couloir, une personne s’avança alors vers la demoiselle… Linoa lui lança un simple sourire tout en continuant son chemin, mais la personne en vint à lui parler.

      -« Vous êtes perdue ? »


    Linoa s’arrêta, tournant alors la tête pour lui faire signe que non, Angel s’était arrêté entre sa maitresse et l’étudiant comme pour délimiter une distance à ne pas franchise pour l’inconnu. Ce dernier ne bougea pas, c’était une bonne chose pour son propre bien, continuant la conversation avec une désinvolture presque fière et hautaine.

      -« Les civils ne sont pas invités à déambuler dans les couloirs … il serait peut-être sage de faire demi-tour et de retourner à vos affaires. »


    Elle n’en revenait pas … avait-elle vraiment l’apparence d’une paumée ? Fronçant les sourcils, scrutant l’étudiant du regard pour alors hausser les épaules, Linoa n’était pas du genre à monter sur ses grands chevaux et encore moins à répondre aux provocations d’une telle gaminerie. Détournant son regard vers sa prochaine destination, elle se retenait pourtant de lui répondre … et ne put le faire avec réussite qu’un court laps de temps. Accordant de nouveau son regard au curieux, avançant de quelque pas, la demoiselle mesurait bien une bonne tête de moins que le jeune homme et pourtant elle n’en avait pas peur du tout.

      -« Il y a bien des civils qui ont plus de mérite de vous, d’ailleurs … beaucoup d’entre vous ont encore du lait qui leur coule du nez. Mais puisque que vous êtes planté là, pouvez vous m’indiquer la cafeteria ? »


    Son regard assuré, sa voix dénué de tout amusement, oui son regard était vraiment déroutant et même intimidant. On pouvait comprendre que la demoiselle n’était pas une paysanne sortie d’un village lointain pour tenter d’approcher les Seed … mais plutôt l’une de ses civils qui dut approcher la guerre sans avait put le choisir … et même fuir cette menace destructrice. Linoa ne laissa pas un seul doute persister, son attitude dégageait une telle assurance que l’étudiant avait changé de regard mais c’était aussi reculé d’un ou deux pas. Il était soudainement mal à l’aise mais surtout avait peur d’avoir froissé la demoiselle. Levant simplement le bras pour montrer la direction qui faisait dos à la brunette, cette dernière s’inclina pour remercier le jeune homme, un soudain sourire rayonnant et plein de douceurs aux lèvres.

      -« Merci, passez une bonne journée ! »


    Sur cette dernière parole, elle reprit son chemin, faisant complètement dos à l’homme qui n’avait pas bougé d’un pouce. Comme choqué par l’attitude si avenante de la jolie fille, les préjugés de certains hommes les conduisent sur de mauvaises routes, l’homme qui essayait de reprendre son chemin venait de comprendre une réalité pourtant si évidente : juger une personne sur son apparence ne peut conduire qu’aux faux semblants … retenez le bien ! Quelques pas succédèrent à cette rencontre, disons qu'une paire de minutes s'étaient enfuies... maintenant, elle faisait face aux doubles portes qui la mèneraient dans le sein de la cafétéria. Angel semblait quelque peu hâtée d'entrer dans ce lieu où la nourriture embaume l'air et rend les visages heureux. Linoa l'observa quelques secondes, espérant qu'on ne verrait pas sa présence comme dérangeante... Ouvrant alors la porte, Angel n'attendit pas plus longtemps pour entrer en cavalcade et courir dans l'allée centrale. Surprise, Linoa tenta de suivre sa chienne, essayant de ne pas bousculer de personnes pendant sa course... lorsque brusquement , Angel sauta s'arrêta pour humer l'air...

      -" Angel ! Sois gentille, reviens ici !"


    Le canidé avait posé ses deux pattes sur l'une des tables, humant l'air pour trouver la provenance de cette odeur alléchante. A son coté, il y avait un jeune homme qui sirotait un verre... mais sa quiétude venait d'être brisé par Angel. Linoa se précipita pour faire redescendre son chien de la table, s'inclinant alors pour faire ses plus plates excuses...
Revenir en haut Aller en bas
Kenshin Eiji
Catalyseur d'esprit
avatar

Masculin
Bélier Chat
Nombre de messages : 6621
Age : 31
Classe : Guerrier
Monde : Dol
Grade : Maitre
Humeur :
Date d'inscription : 28/06/2006

Feuille de personnage
Rang: 1
HP:
1150/1150  (1150/1150)
MP:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Le grand jour   Lun 15 Mar 2010 - 0:36

Eiji commençait a se perdre dans ses pensées, avec des explications si minces provenant du directeur de la BGU, le jeune homme pouvait s'imaginer tout et n'importe quoi. Sa pire des craintes était tout de même d'avoir un prof qui ne tenait pas en place et qui n'était pas forcement le plus en mesure de gerer correctement un ordre donné sans qu'il y ait des détournement... A ce moment la, il ne put s'empêcher de se dire que Zell n'était pas forcement le pire, surtout pour lui. Quand il relativise, entre Zell le blondinet surexcité ou Quistis, la blonde qui est du genre autoritaire, il n'y avais pas photo. Son verre arriva finalement, Eiji le pris en remerciant la serveuse d'un rapide signe de tête avant de porter la paille azurée a ses lèvres et d'aspirer quelques gouttes de cette boisson aromatisé. Continuant de vider son verre a petite dose, il pensa alors a son futur dans l'établissement militaire, peut être que finalement, il arriverait enfin a devenir Seed. Est ce qu'il sera a la hauteur? Les missions de Seed n'ont apparemment rien a voir avec les test de base pour le devenir. Finalement, sa paille commença à ne s'emparer que d'air dans un bruit grave, signe que le verre était déjà vide, le Balambien regarda son verre avec désarroi, il n'allait pas depenser un gils de plus pour s'en prendre un autre. Ses economies commençait a n'être que l'ombre d'elle même et il ne savait pas comment aller se présenter les événement. Si ils devait partir oet prendre une chambre d'hôtel, valait mieux garder quelques sous. Cela faisait a peine 5 bonne minutes qu'Eiji était assis a cette table et il s'ennuyait déjà a mourir, Zell n'avait pas l'air pressé au final et il sentait qu'il allait devoir poireauté quelque temps.

"Aaaahhh sérieux, j'en peux plus d'attendre qu'il arrive, on irait pas faire un tour sur le balcon du premier Akemi?"
"idiot, et si il arrive juste après, tu risque de morfler sévère... Puis si on va la haut, j'en profite pour te pousser"

Encore une vanne de la demoiselle a son encontre mais il releva même pas, se contentant de touiller le morceau de plastique dans le verre, il n'avait qu'une envie, connaitre la raison de sa présence... Mais heureusement, un évènement inattendu aller faire passer le temps plus vite. En effet, les portes battantes de la cafeteria furent pousser pour laisser apparaitre une silhouette féminine accompagné d'un mammifère a 4 pattes. Un visage légèrement familier pour Eiji et pour beaucoup d'autre puisque cette jolie brune s'averait être Linoa Heartilly, copine officielle de Squall Leonhart. Evintant de trop focaliser son attention sur la nouvelle arrivante, il rebaissa la tête pour repartir dans son monde de questions a propos de cette lettre quand d'un coup, le canidé cru bon de se redresser sur ses pattes arrières pour s'aggriper a la table. Surpris par le mouvement de la table, il se redressa d'un geste et fixa la bête.

"... Euhm... j'crois pas que t'es autorisé a faire ça le chien, allez descend de là."

Regardant a tour de role le verre et le Balambien, la bête rechignait a descendre de sa position, comme si il était content d'êre ici et de perturber Eiji. Au final, Eiji tenta de le faire descendre en le poussant mais comme seul réussite, il obtint une léchouille d'Angel sur sa main ce qui eut pour effet de creuser un écart entre la main et la bête. Eiji n'avait rien de spécial contre les animaux, mais il n'aimait pas vraiment etre interrompu par une bête pendant qu'il divaguait et encore moins avoir des lechouilles alors qu'il ne les a pas forcement demandé. La situation fortement divertissante pour les œils extérieurs l'était encore plus pour Akemi, qui riait pleinement...

"On dirait que tu as un admirateur Eiji chou... allez fait un calin au chien-chien"
"Oh s'il te plait Akemi, tais toi... Il veut quoi pour se coller comme ça, j'suis pas son maitre..."

Finalement, Linoa accouru a la table du catalyseur d'esprit et s'excusa de l'irruption de son familier. Gêné, Eiji répondit que c'était pas grave et pencha a nouveau sa tête en direction de la table. Il ne tenait pas vraiment a être mal a l'aise en présence d'une fille, encore moins quand c'est la première dame de la BGU... Mais Akemi ne l'entendait pas de cette oreille et, s'ennuyant énormément, apparu tout simplement devant Linoa et se présenta

"Bonjour, tu dois être Linoa Heartilly non? Je m'appelle Akemi, ravie de faire ta connaissance, excuse le, il est du genre timide avec les femmes, voir un petit peu plus..."
"Laisse la tranquille, elle a autre chose a faire que de papoter avec toi."
"oh allons, je suis sur que non, tu veux t'asseoir avec nous Linoa? ça nous ferait vachement plaisir..."

Eiji était dans une impasse, il ne voulait pas être malpoli avec la brune en affichant un air pas vraiment enjoué, mais il ne voulait pas non plus devoir se mefier d'une autre charmante présence qui pouvait le nuire, surtout quand il s'agit de la copine du chef... Se contentant alors de sourire en validant les dires d'Akemi, il se présenta d'une voix manquant légèrement d'assurance...

"Enchanté de faire ta... euh... votre connaissance mlle Heartilly... Si vous voulez vous asseoir, allez y... J'attends quelqu'un mais il y a assez de chaises... Et désolé de l'apparition soudaine d'Akemi, elle est pas vraiment humaine."

Il ne voulait pas être trop familier, après tout, il la connaissait pas et même si ils n'étaient pas du Seed, elle avait un grade supérieur rien qu'en étant avec Squall. Akemi voulait cependant mettre a l'aise tout ce joli monde.

"Ouais, on attends Zell Dincht, il doit nous informer au sujet d'une lettre, mais dis moi, vu que t'es la copine du directeur de la BGU, tu devrais connaitre un peu ce que sa signifie non?"

Akemi lui tendit alors la lettre, cette lettre ne faisant mention au final que d'un lieu de rendez vous avec Zell au sujet de l'avenir d'Eiji dans la BGU... Eiji en avait marre qu'Akemi se comporte comme une enfant malpolie avec Linoa et fronça les sourcils, mais la curiosité l'emporta tout de même et Eiji regarda alors Linoa...

"C'est pour un test de Seed vous croyez? Vous savez ou est mr Dincht non?"

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Midnight
Fantasque
avatar

Masculin
Scorpion Dragon
Nombre de messages : 358
Age : 29
Classe : Psychiste toxique
Monde : FF IV - Baron's Castle
Grade : Fantasque Héros
Humeur :
Date d'inscription : 02/05/2008

Feuille de personnage
Rang: Héros
HP:
100/100  (100/100)
MP:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le grand jour   Lun 15 Mar 2010 - 18:13

Il court il court Il est passé par ici ! Il repassera par là ! Je le vois, crie le coquelicot émoustillé, le désaxé, blanc comme neige, pâle comme un linge, mort comme une tombe ! De ses grandes enjambées il vole par-dessus nous ! Jambes longilignes, pas félines, mais pas qu’un peu sublimes. Plaisant ? Oh bien sûr, elles rougissent, les jolies fleurs rouges, en voyant l’animal sautiller par dessus leur bosquet.

« Un beau bourgeon fleurissant, qui dès qu’il sera grand, deviendra beau rosier, avec épines adaptées, poison long à effet, tortures tant espérées. »

Oh oh une fleur qui parle, that's so pretty wonderful. Hmm... Can't she shut the fuck up ?! Aïa... Quel rêve de merde.

Dans la pénombre mortuaire de la chapelle, Lysandre tentait tant bien que mal d’enflammer une allumette tant le noir était opaque. Seulement, à chaque fois que le craquement significatif se répercutait contre les parois de la sombre pièce, aucune flamme ne venait à apparaître, et cela désolait tant et tant le pauvre oedipien qu’il finit par se dire que la prochaine fois, il lui faudrait apporter une bougie déjà allumée pour mettre à l’œuvre ses projets. Poussant un soupir exaspéré, Lysandre se retourna, et apercevant la fiable lueur émanant de sous l’épaisse porte servant à maintenir le lieu clos, il secoua la tête pour envoyer ses cheveux blancs aux reflets rosés derrière son dos. Ce geste eut pour effet de créer une agitation douce dans l’air, le remplissant de son parfum sacré et singulier. Ceci lui tira un sourire de satisfaction, et alors il s’approcha de la plaque de bois massif, d’un pas léger et oisif. Il y posa sa main, et caressa le bois, une demi-seconde. Ses yeux se fermèrent, et il se rappela alors la sensation qu’était de pouvoir s’abandonner à la prière. Il eut une fente nouvelle sur son visage, séduit par cette perspective, puis poussa la lourde porte de ses dix doigts, du fait de sa pesanteur. Automatiquement, un rayon de soleil vint s’incruster contre les parois de pierre, illuminant la salle d’une beauté chaude, caressant les statuettes de bronze en un passage clair et câlin. Lysandre traversa cette chaleur de sa main, désirant être touché par elle lui aussi, et faire cesser cette lumière de démontrer la présence de particules minuscules, poussiéreuses et anciennes. Mais ne sentant aucune différence, il sortit, jetant un dernier regard dans l’édifice religieux, puis pencha la tête, mimant un signe de croix singulier n’appartenant qu’à lui et qui consistait à le faire à l’envers, puis referma la planche écorchée, en un grincement lourd qui souleva les feuilles mortes et lui fit avaler la scorie émanant du rayon solaire.

Il toussa, d’une quinte tenace, puis posa sa main contre le mur de la chapelle, se maintenant, resserrant de ses autres doigts le col de sa chemise autour de son cou, se penchant comme s’il allait vomir, et envoya un jet de salive violent sur le sol, qui s’extirpa de son corps avec une douleur forte et quinteuse. Cependant, les cendres ne semblaient pas vouloir sortir si facilement de ses poumons, et de leur opiniâtreté, il se redressa tant bien qu’il put, serrant les pans de son chemisier à son cou, secouant la ruban à ses lèvres à chaque fois que les soubresauts le reprenaient. Ses poumons lui faisaient un mal épouvantable, si bien qu’il y porta une main alourdie et la posa contre sa poitrine, se détachant du mur dans le but d’avancer et de partir de cet endroit ; on ne voulait pas de lui, ici. C'était bien la peine de s'être fait chier à lire ce putain de bouquin intitulé Holy Bible.

Le garçon aux cheveux déteints descendit les marches, ouvrant sur un chemin de feuilles et de terre une sente boueuse ; puis glissa ses pieds sous la masse foliaire, laissant leurs pointes caresser ses chaussures et répandre la rosée coulant dans leurs nervures, teintant ses souliers d’un noir plus sombre, en une tâche coquine et souple. And Crazy Kid eut un sourire en s’apercevant que l’automne avait bien fait son travail : les couleurs étalées sur ce sentiers étaient un développement de brun, d’orange et de vert foncé parfois. Faisant un mouvement ampoulé du visage pour retirer quelques mèches pâles, il s’avança ensuite sur le chemin, éclaboussant son pantalon noir de terre et d’eau, murmurant bassement une musique de sa composition, comme une berceuse adressée aux arbres coupés et aux feuilles mortes jonchant le parterre boueux.

« J’aurais voulu montrer aux enfants ces dorades
Du flot bleu, ces poissons d’or, ces poissons chantants.
Des écumes de fleurs ont bercé mes dérades
Et d’ineffables vents m’ont ailé par instants. »


Progressant de ses enjambées irrégulières et sautillantes, tantôt grandes et appliquées, tantôt petites et frénétiques, il contemplait distraitement les reflets scintillants qui se mouvaient au gré de ses gestes dansants. Il était aujourd’hui affublé d’une ample chemise anthracite sur laquelle courraient de fins rubans de voile pourpre, qui ornaient de leur voluptueuse consistance le jabot et les longues manches ouvragées, aussi légère que le vent. Sa capeline plissée s’était, telle un caméléon, adaptée à ces teintes et ses reflets irisés affichaient des nuances grises et rouges, ainsi qu’une incroyable gamme des couleurs que celles de l’arc en ciel parvenaient à créer. Si on y avait fait attention, on aurait pu remarquer que sa consistance et sa forme changeaient au gré de sa teinte, tout comme celle-ci changeait pour s’adapter aux différentes tenues du fou.

« Bienvenue à toi, cher Lysandre, se répéta-t-il à haute voix. Tu sais qui va venir te rendre visite, aujourd’hui ? Hi hi hi, bien sûr que non ... J'espère qu'il sera comme moi en pleine forme comme un mort. »

S'asseyant un moment devant l'entrée de l'agglomération, il réfléchissait à la manière de resquiller le chocobo à vapeur qui le conduirait à Balamb. Le meilleur moyen semblait être d'engager la conversation avec une Dame plus âgée, qui passerait pour sa génitrice. Mais ce serait d'un ennui mortel. Bien... bien.. hmm ?! Idée numéro uno : Kaleidoscopus ? Idée numéro secondo : Flotaison du vent sur les rives des sapinettes ? Allez, il faut se décider... Time to left ? Approchant du contrôleur, il lui tira un bout de son pantalon.

« Couché le chat ! Vilaine vache va ! Moooooo ‼ »

Surpris d'une pareille façon de se comporter, l'homme au sifflet lui adressa la parole d'un air déconcerté.

« Excuse-moi petit, mais pourrais-tu me lâcher s'il-te-plait ? »

« Tête de veau ! Tête de veau !
Qui n'amasse pas mousse,
Pierre qui roule comme une pimousse ‼»
lui répondit Lysandre en lui tirant la langue et en sautant dans le train.

Lorsque l'argus voulu le stopper, il tituba et tomba au sol. Ce n'est que trop tard qu'il comprit que l'éphèbe lui avait noué les lacets de ses chaussures entre eux. Je fus. J’étais. Je suis. Je serais. Et resterais. Toujours immortel. Toujours aussi beau. Toujours aussi irrécupérable. Toujours aussi mort. Des choses maudites. Cette beauté que je possède pour mieux les séduire. Cette voix suave pour mieux les attirer. A mes filets. A mes griffes. Soustraire leur volonté et leur peur à mes crocs. Car tout ceci n’est pas un conte. L’existence d’une telle beauté n’est pas humaine… Je ne suis pas humain. Tout du moins je ne le suis plus, puisque je suis un cadavre ambulant : Un Funambule jouant la viole de l'amour pour égayer ton coeur de petites peurs

Dans un do dièse, annonçant que la locomotive avait atteint sa destination finale, Lysandre émergea de sa torpeur comme un diable d'une boîte. Une fois, le pied à terre dans Balamb City, il scruta le paysage environnant. Le port sonnait les douze coups de midi. Le changement d’horaire avait eu pour effet sur le poète que de le laisser en plan, comme ça, en plein milieu d’une existence où même le temps était aléatoire et modifiait sa présence ; et son temps de présence. Il détestait les fuseaux horaires, et en particulier le changement d’heure. Cela lui faisait confondre l’instant de décalage entre ses songes et la réalité, et or, il se trouvait qu'il possédait toujours un temps indéfini de distance avec la Vie en elle-même. Non pas qu’il se sentait perdu, mais surtout volé ; même lui, l'incarnation d'un Funambule sous exctasy et de Verlaine, ne pouvait pas posséder le Temps et ses méandreuses étendues. Se trouvant sur le rebord sur trottoir, avec à la main une carte qu’il faisait tourner entre ses doigts depuis maintenant plus de deux heures. En face de lui se trouvait le lieudit où des Seeds effectuait ses tours hypnotiques de funambulisme suicidaire. Du moins c'est ce qu'il avait compris. Toujours est-il qu'un peu avant la sortie de la ville, le Voleur de Temps trouva une charrue jaune fluo, sur laquelle était marqué le nom de son propriétaire : Taxi. S'engouffrant entre deux valises, il laissa la charrette l'emmener à destination. Lorsqu'il descendit, Lysandre était devant un grand édifice... sans doute un gros dôme abritant des plantes.

Envahissant le jour de son chant silencieux, Lysandre parcourait avidement les environs avec un air de mélancolie dans le creux de ses iris, un halo de chaleur gelée entourant son être comme s’il était happé par une étoffe de soie déchirée. Ses traits paraissaient figés par une crainte invisible et incompréhensible, laissant naître des érythèmes rouges et sanguinolents tels des suçons d’amant fougueux dans le creux de ses paumes. Ses mains étaient tant repliées sur elles-mêmes que ses ongles se plantaient dans sa chair, d’où les rougeurs mauvaises. Dans les environs une cloche similaire à celle d'une église retentit. Le chevalier-dragon s’appuya contre la façade voisine de la place dans laquelle il avait pour but de se présenter, puis ferma les yeux un court instant, laissant les sons du carillon englober son cœur et le caresser d’une houle amoureuse. Au loin, on entendait le pépiement joyeux des oiseaux, certains volant en deltas au-dessus de sa tête. Les nuages, tels de grosses tâches d’encre sur la page bleue qui était le ciel, se déplaçaient lentement, avançant dans la direction opposée de la ville. Ce simple constat fit sourire Lysandre, qui en fut satisfait. Approchant de l'entrée de l'université, il observa la barrière similaire à un péage. Un homme-boîte à sa gauche lui adressa la parole.


« Hey salut p'tit gars, t'viens visiter la B.G.U ? »

Ca alors, un homme boîte ! C'était le premier qu'il voyait, seulement une partie de plexiglas laissait entrevoir un visage humain. Par politesse, il lui répondit d'un ton jovial.

« Bonjour, bonjour cher ami ! Oui oui tout à fait. »

Impatient d'une réponse, Lysandre essaya de rentrer mais, se heurta à la barrière en métal. Sortant délicatement sa naginata de son épais voile en satin, il assèna un grand coup qui fit voler la borne en éclat. Satisfait, il continua alors que l'homme-boîte lui hurlait dessus. Se retournant, vers cet étrange personne, ma fois amusante, l'orchidée blanche lui souria en ajoutant :

« Ehhh... Désolé, mais votre fougère en métal m'empêchait d'avancer. »

Puis, il s'engouffra dans la B.G.U. La Fac semblait plutôt vide... Le garçon aux cheveux blonds pâlissant eu un sourire triste en se permettant une telle pensée, et porta distraitement une main à ses mèches presque blanches. Aujourd’hui, il n’avait pas apporté son chapeau, ni ses gants ; seuls ses vêtements d’illusionnistes et ses hautes bottes montantes le recouvraient, masquant son corps d’enfant. A son cou pendait le Voleur de Temps. Il emmêla doucement sa densité capillaire, se massant délicatement le crâne. Ses autres doigts vinrent caresser en un tic parasite qui le hantait depuis toujours le pourtour de l’objectif de sa naginata. Les environs paraissaient calmes, sereins. Une présence humaine n’aurait certainement pas été de trop, néanmoins Lysandre se trouvait ravi de n’être en compagnie de personne. Il avait encore dut subir des jeux rimbaldiens odieux, et ne souhaitait en aucun cas commencer un dialogue avec qui que ce soit… Néanmoins, une présence lui aurait tout de même procuré un bien être éloquent : une simple chaleur lui aurait suffit.

S’approchant un peu plus du Campus ou s'y enfonçant de plus en plus, il marcha parmi les miettes de pain étalées sur le béton grisâtre, et vola dans les ailes des pigeons, exécutant un geste violent exprès pour voir leurs plumes folles battre l’air en un ouragan de velours. Lysandre aimait beaucoup les plumes. Il considérait cette forme de « pelage » comme une bénédiction, une beauté sans pareille, rappelant la pureté et associant la virginité à la vertu. Les tempérances amoureuses en devenaient d’autant plus gracieuses et belles, non salies pas la fougue ardente et charnelle du corps qui se lie à un autre par un acte sexuel brutal…ou plus doux. Les yeux du garçon se levèrent au ciel. L’occasion ne se présenterait-elle jamais… ?
Ses membres se contractèrent doucement. Il repensa rapidement à toutes les personnes qu’il avait pu rencontré, prenant, à chaque visage, le temps de juger la probabilité naïve de leur nature. Aucunes traces, aucuns sous-entendus émis par ces mêmes personnes ne paraissaient l’inspirer, d’autant qu’il s’était royalement défilé à chaque fois. Il n’était qu’un enfant.

Contournant les dalles qui se détachaient de la route s’enroulant autour de la place "Campus" comme des vagues enkystées, il se détourna et prit congé. Il ne souhaitait pas rester davantage ici…

C'est alors qu'une odeur de nourriture vint à lui titiller les narines. L’eau à la bouche en imaginant un repas consistant enchaînant brochettes sur brochettes, pâtes sur pâtes, rôtis sur rôtis, il se voyait déjà décoller sous l’action de ces innombrables saveurs en bouche, de toute cette nourriture ne demandant qu’a être mâchée sous ses dents affamées. A la simple pensée de ce festin imaginaire, il prit ses jambes à son cou et sauta en direction de ce formidable lieu. Doublant tout le monde, il regarda la nourriture derrière une sorte de fenêtre. Quand la serveuse s'écria devant lui, surpris Lysandre porta un doigt à sa bouche en regardant d'un air ahuris la serveuse.

« Tu es malade petit ? Tu es bien pâle. Allez va, je vais te donner les derniers bretzels, manges les tous hein »

Ne comprenant un traitre mot de ce que cette femme rose racontait, il prit l'assiette de sa main laiteuse en la reniflant. Alors que tout le monde râlait puisque les derniers bretzels venaient d'être offert... Commençant à dévorer sa pâtisserie salée à base brioche dont il raffola bien vite. Bien vite, un chien attira son attention. Ca alors, un chien qui semblait humain. En regardant un peu mieux la scène, il aperçut également une jeune femme brune, et un autre personnage aux reflets roux. Boarf, qu'importe le canidé avait l'air bien plus intéressant. S'avançant un peu plus du groupe, Lysandre sauta sur une chaise, regarda l'animal à la fourrure soyeuse et lui tendit son assiette, en marmonnant la bouche pleine :

« Fouuu en f'gueux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Linoa Heartilly
Shining hope |Create the hope, not the Chaos
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 118
Age : 29
Classe : •• un ptit coup de Boomrang et ça repart !
Monde : DOL ••
Grade : •• I'm a Chammpionn
Humeur :
Date d'inscription : 28/01/2010

Feuille de personnage
Rang: 6
HP:
1050/1050  (1050/1050)
MP:
900/900  (900/900)

MessageSujet: Re: Le grand jour   Lun 15 Mar 2010 - 23:18

    Qu'une mer de regards se tournent vers elle n'était pas sans gêner la jeune femme... mais elle n'était pas encore au bout de ses surprises. Angel ne semblait pas prête à cesser ses bêtises et d'ailleurs, bien qu'elle soit près de Linoa, elle reniflait toujours les environs en tentant d'amadouer une personne, ici ou là, d'un regard de chien battu dont elle détient le secret. Pourtant, la demoiselle tentait de faire bonne figure, de s'excuser de la plus digne des façons, de garder la tête haute et les épaules droites malgré les idioties de sa Angel. Le canidé n'était pas du tout préoccupé par les conséquences de ses agissements et d'ailleurs, elle ne serait pas plus tranquille tant qu'elle n'aurait pas eu de quoi se remplir l'estomac... les animaux resteront toujours des estomacs sur pattes. Regard en biais vers l'animal pour entendre des paroles soudaines ... féminine de surcroit, elle n'avait vu que des hommes attablés dans les environs immédiats. Devant elle se dressait une demoiselle aux cheveux enflammés, Linoa fut bien plus que surprise, elle se prit à hoqueter tout en faisant un pas en arrière. L'entité spectral se mit à parler de la timidité du jeune homme près d'elle, mais le plus marquant fut que cette demoiselle fantôme connaissait le prénom de Linoa. L'entité se dit alors " heureuse " de rencontrer Linoa, le jeune homme prit la parole avec un naturel déroutant ... au secours !

    -" Uhm ... euh ... enchantée de vous rencontrer, Akemi-san. Je ne pensez pas vous déranger plus longtemps... excusez le comportement de mon chien, elle a surement faim et l'odeur qui se dégage des lieux est vraiment alléchante.

    Après quelques secondes de silence, le jeune homme se présenta, à son tour. Bégayant par la même occasion, Linoa était une peu gênée pour lui, Akemi semblait le mettre au pied du mur et l'homme se voulait courtois au possible. S'inclinant légèrement alors vers les deux personnes lorsque le dernier se termina sa tirade, il conforta Linoa dans son idée : la jeune femme n'était pas du tout humaine... mais ne semblait pas mauvaise pour autant. Linoa se disait qu'elle n'avait pas à se méfier d'elle, un si chaleureux sourire ne pouvait pas cacher un mauvais fond. Prenant alors place sur la chaise à la droite de l'homme. Ils se remirent à parler, Linoa les écouter avec attention, lançant un regard sur Angel de temps à autre pour s'assurer qu'elle ne décampait pas de nouveau. Lorsqu'un prénom familier entra dans la discussion, mais surtout qu'une lettre fut tendue à Linoa, par l'esprit, cette dernier ne put qu'être totalement à l'écoute des paroles qui s'en suivirent... elles étaient pleines de demandes ... Linoa n'était pas la gardienne de tant de secrets.

    La lettre entre les mains, elle en parcouru les premières lignes pour découvrir le prénom du jeune homme. Eiji ... peut-être s'étaient-il déjà croisé lors d'une des batailles passées. En tout cas, il ne semblait pas du tout à l'aise mais son intérêt quant aux prochaines réponses de la demoiselle lui permirent de faire face à Linoa. Cette dernière lui offrir un sourire, leur tendant alors la lettre pour secouer lentement la tête tout en haussant les épaules.

    -" Copine ou pas , je ne suis pas dans les secrets de l'université. Mais Zell ne se pointe jamais pour rien ! Je suis bien tombée, moi qui avait envie de retrouver mes compagnons, je vais me permettre de l'attendre en votre compagnie... je suis sure que Zell répondra à toutes vos questions."

    Leur offrant un rapide clin d'oeil, elle termina par leur avouer qu'elle n'avait pas croisé Zell depuis son retour dans l'Université. D'ailleurs, elle n'avait encore croisé aucun de ses amis. Cela l'attrista quelques instants, Linoa était cependant sure qu'elle pourrait leur parler très prochainement. Ne sont-ils pas liés par une sorte de destinée ? Linoa le pensait fortement.

    -" Angel ... Angel non !"

    Difficile de ne pas reconnaitre les sons émis par un chien en pleine scène d'émotion. Son regard brillant tout tourné vers un nouveau protagoniste, fraichement arrivé sur la scène. Un jeune homme, avachi sur une chaise toute proche de celle de Linoa, tendait son assiette vers la chienne tout en lui proposant d'un planter ses crocs. Surprise mais aussi dubitative, la brunette s'approcha du nouvel arrivant pour essayer de trouver son attention, visiblement très intéressé par la compagne de la demoiselle. Angel ne se fit pas prier, piochant rapidement dans l'assiette... visiblement, elle craignait que cette si rare attention ne disparaisse bien vite.

    -" Si vous la laissez faire, vous n'allez plus rien avoir à manger ! Je ..."

    Les portes de la cafétéria s'ouvrirent de nouveau, mais cette fois-ci, la quiétude et la bonne ambiance fut brisée par les cris d'alertes d'un soldat. Il n'était pas Seed ... mais Linoa reconnaissait son accoutrement. Visiblement suivit par deux gardes qui ne purent l'empêcher de pénétrer dans les lieux, le silence était presque totalement tombé sur les centaines de personnes attablées ... leurs attentions tournées vers l'arrivant. Déjà, les gardes avaient prit l'homme sous les bras pour le faire reculer, mais Linoa s'avança rapidement, laissant ses nouvelles connaissances derrières elle, pour se planter devant les trois personnes.

    -" Laissez le parler ... "
Revenir en haut Aller en bas
Kenshin Eiji
Catalyseur d'esprit
avatar

Masculin
Bélier Chat
Nombre de messages : 6621
Age : 31
Classe : Guerrier
Monde : Dol
Grade : Maitre
Humeur :
Date d'inscription : 28/06/2006

Feuille de personnage
Rang: 1
HP:
1150/1150  (1150/1150)
MP:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Le grand jour   Mar 16 Mar 2010 - 13:29

Eiji commençait a être rassuré, Linoa était du genre souriante et agréable, une bonne compagnie en attendant Zell qui se faisait au final vraiment en retard. Le plus étonnant, c'est qu'il ne louperait pas un rendez vous a la cafeteria sans l'espoir de tomber sur les dernier bretzel. Ces petits aliments sucrés qui, au final, on été offert a un nouveau protagoniste sur la scène. Ce jeune homme avait quelque chose d'étrange dans le regard, on aurait dis qu'il était complètement barré. Cependant, pour le moment, rien ne le laisser présager, ni dans ses gestes, ni dans sa façon de parler. Eiji soupira, lui qui espérait divaguait en attendant l'hérisson blond comme beaucoup l'appellent, se retrouve avec son esprit qui le taquine, une jolie brune qui ne sait pas trop ou se trouve Zell, sa chienne et pour terminer, ce type qui ne prit même pas la peine de se présenter pour parler directement a Angel.... C'était écœurant, il parlait la bouche pleine, recrachant quelques miettes de bretzel sur la table au passage. Akemi avait l'air bien amusée par ce spécimen hors normes. Au bout d'un moment, cette dernière décida de disparaitre, il commençait a y avoir trop de monde et elle ne voulait pas être aspergée de miettes enduite de salive... Alors qu'au final, La chienne se rua sur les dernier bretzel offert gracieusement par l'homme a la chevelure clair, l'agitation ne s'arrêta guère et les portes de la cafeteria se rouvrirent une fois de plus sur un nouvel élément perturbateur a cette paisible matinée. Un homme entra paniqué, il avait l'air de chercher après quelque chose ou quelqu'un. Puis deux gardes de la BGU essayait de le maintenir en place, ce qui laissa Eiji perplexe. Comme attiré par la curiosité de cette action tout droit sortie d'un film, Linoa poussa sa chaise et alla voir ça de plus près. Instinctivement, Eiji fît de même, ce convainquant que participer a cette sérénade l'occuperait...

« Je dois parler d'urgence au proviseur mr Leonhart! Pourquoi il n'est pas dans son bureau, laissez moi tranquille c'est une urgence! »
« Restez tranquille et sortez de la BGU immédiatement, vous n'avez rien a faire ici sans une permission de visite. »

Linoa prit alors la parole, elle demanda aux deux jeunes hommes de le laisser s'exprimer. elle ajouta un sourire ravageur a sa requête qui fît qu'aucun des deux ne put refuser sa demande. Eiji ria intérieurement, lui qui pensait être si diffèrent des autres en matière de filles, c'était pas forcement le cas au final... L'homme affolé se libéra alors de l'emprise des gardiens et se rua sur Linoa. Instinctivement, Eiji posa sa main sur son épée. Ce type avait l'air affolé, si il représentait une menace, il n'aurait rien le temps de faire... La masse humaine commençait a s'agglutiner devant cet bruyante interruption et l'homme repris la parole... Pour Eiji, soit ce type avait une sale note a un examen et voulait se plaindre, soi c'était vraiment grave... De toute manière, au final, il avait son examen Seed donc ça le concernerait pas...

« Je dois voir mr Leonhart d'urgence, je suis un soldat Estharien en mission dans le splaines d'Arkland, j'ai reçu un message de mon instance, c'est dramatique! Je dois voir mr Leonhart! »

"Calme toi, Le proviseur est parti ce matin a l'aube en mission avec quelques Seed, c'est pas parce que c'est un directeur qu'il reste constamment derrière son bureau... Dis nous ce qui se passe et on transmettra..."

Comme si Eiji pouvait transmettre quoi que ce soit au proviseur. Non, il disait ça dans le seul but de nourrir sa curiosité poussée a son paroxysme. Il y avait un problème a Esthar? Lorsqu'il voulu reprendre la parole, un Templier entra dans la pièce, tout aussi affolé Et c'était très rare de voir un templier au bords de la crise. Cette matinée n'avait plus rien de paisible.

« Mlle Heartilly, vous tombez bien. Esthar vient d'être victime d'une attaque terroriste, malgré les forces estharienne en place, la cible continue de faire des ravages, Une première équipe de Seed va être envoyé dans 15 minutes, si vous voyez mr Leonhart, prévenez le. Oh, Élève n° 548424, Kenshin Eiji: L'équipe envoyée sur place a Esthar est dirigée par Zell Dincht, nous avons reçue des directives vous concernant, Vous allez immédiatement partir pour Esthar, ce sera votre test Seed, veuillez vous rendre au parking, mr Dincht vous y attends. »

"Oh? euhm... Ok, J'y vais de suite. "

Une mission Seed, certainement pas celle qui devait être a l'origine mais c'était quand même sa chance de le devenir finalement. Alors c'est pour ça que Zell n'était pas la, il était déjà pret a partir. Et comme le disait Linoa, Zell ne se déplace pas pour rien d'une manière générale. La situation devrait vraiment être abusive pour que l'armée d'Esthar soit dépassée et que la BGU ait besoin d'envoyer une équipe... Avant de se mettre en route, il s'arrêta aux côtés de Linoa. Elle voulait revoir ses amis, c'était certainement sa chance. D'un sourire en coin, il regarda Linoa et lui fît un signe de tête indiquant la direction a prendre...

"Vous venez? Ça vous permettra de revoir mr Dincht."

Sans même attendre sa réponse, Eiji quitta la cafeteria au pas de course, se dirigeant d'urgence vers le parking pour un départ immediat vers Esthar.


_________________



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le grand jour   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le grand jour
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Infinity :: » Zone RP :: ~•' Dol '•~ :: B.G.U. :: Balamb Garden University B.G.U :: Cafeteria-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit