AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ~ A Burning Entrance

Aller en bas 
AuteurMessage
Cloud Strife
• Lonely Wolf •
avatar

Masculin
Sagittaire Chat
Nombre de messages : 229
Age : 30
Date d'inscription : 09/03/2009

Feuille de personnage
Rang: Héros
HP:
1200/1200  (1200/1200)
MP:
1100/1100  (1100/1100)

MessageSujet: ~ A Burning Entrance   Lun 15 Mar 2010 - 22:11

    Esthar, ville oh combien futuriste ou le goût du raffinement flirte ouvertement avec une modernité sans limites. Puissance économique et militaire de renom, cette cité qui ne dort jamais illumine le continent du même nom quand le bouclier qui l'occulte cesse de cacher au yeux du monde cette merveille de technologie. Tout ici appelle à l'outrance, les bâtiments, les véhicules et même les vastes jardins qui peuplent les bas fonds de la ville.

    Quelle meilleur endroit que celui-ci pour une explosion de tous les diables? Le ciel s'assombrit et dans un fracas de flammes vint s'écraser une sorte de météorite. En plein milieu de la route bien sûr, sinon ce ne serait pas drôle.

    Attirant l'attention des passants et des automobilistes qui manquèrent de passer par dessus les barrières de sécurité, le cratère béant qui de par sa chaleur avait déjà commencé à faire fondre les épaisses couches de métal qui composaient les routes. S'agglutinant comme des fourmis autour d'un bout de pain, ces pâles humains passaient leur tête au dessus du cratère espérant apercevoir quelque chose bouger, peut être un Koyo K ou un autre alien plus mignon encore.

    Au fond du trou un léger bruit se fit entendre, inaudible par le commun des mortels, il s'agissait de chuchotements, de bribes de mots masqués par le bruit de la ville. Alors que la populace autour de l'accident avait facilement atteint le nombre de 100 têtes, une forte chaleur se fit ressentir... Les températures déjà caniculaires qui s'échappaient du point d'impact atteignaient des sommes astronomiques, si bien que les moins curieux commencèrent à s'écarter de peur qu'il ne leur arrive malheur.


    Ne dit-on pas que prudence est mère de sureté?

    Ceux qui avaient encore le courage de regarder au fond du trou purent apercevoir une silhouette ,apparemment humaine, bouger tout au fond. Hésitante et courbée sur elle même, cette ombre glaçait le sang de tous ceux qui malgré tous leurs efforts n'arrivaient pas à décrocher le regard... Une voix, cette fois un peu plus audible s'éleva du cratère, elle était changeante, tantôt stridente, tantôt grave et surtout très gênante, dérangeante...

    ~ Quel échec, comment ai-je pu perdre ainsi? Des années de recherches, des litres de sueurs partis en fumées à cause de ces RATS!!! Cette équipe d'aventuriers qui ne valaient rien selon mes statistiques auraient eu raison de moi? Impossible, totalement impossible, je suis invincible, je suis un Dieu, je suis l'incarnation même de la terreur et de la puissance. Comment ces moustiques ont pu faire s'effondrer tant de force? Inconcevable... Je les hais, je les hais, je les hais, je les hais, JE LES HAIS TOUS!!!! RAAAAAAAAAAAAAH

    Le dernier cri de la silhouette était tellement strident que les barrières de sécurité en verre renforcé implosèrent littéralement. Les curieux agglutinés sortirent alors de leur torpeur et comme habités par un instinct de survie, commencèrent à courir le plus loin possible. Mais il était trop tard, alors que le cri continuait encore et encore la température atteignait maintenant celle d'un volcan et la route céda sous le choc, la coupant en deux. Une boule enflammée entoura l'homme qui était en son fond et la panique générale gagna le peuple d'Esthar.

    Dans un bruit tonitruant les voitures et les humains présents sur les lieux tombèrent à un rythme effréné dans le vide, les cris de supplications des enfants et des femmes semblaient avoir un effet sur l'homme mystérieux qui flottait littéralement dans les airs, recourbé sur lui même se triturant les méninges de ses fins et longs doigts. Son visage semblait torturé et malgré son maquillage clownesque il était effrayant. Sa colère semblait sans limite et dans un mouvement de bras il créa une explosion enflammée qui termina de tuer toutes les personnes présentes autour de lui.

    Soudain un éclair imaginaire traversa la tête de notre cher bouffon. Il fut réveillé par le cri d'un enfant qui suppliait à sa mère de ne pas mourir. Cette voix, cette façon de supplier, oui... voilà ce qu'il ne devait pas oublier.


    RIEN NE VAUT LA DESTRUCTION

    La destruction de toute chose, famille, villes, mondes, tout n'est que prétexte à servir à Kefka pour être détruit. L'ancien auto-proclamé Dieu vivant d'Equilibrium retrouva son calme et se posa à terre avant de regarder où il était. Une ville qui puait la propreté et la condescendance.

    ~ Quel est donc cet endroit? C'est hmmmm AFFREUX!

    Penché en arrière, le visage désappointé, il pleurnichait...

    ~ Quelle malchance, alors qu'on m'a donné la possibilité de détruire un nouveau monde il faut qu'il n'ait aucune saveur!!! Quel manque de goût...

    Regardant aux alentours il voyait des cubes de métal s'approcher et bizarrement ces derniers lançaient le sort feu en répétition sur lui. Esquivant habilement chaque tir il retrouva un sourire non dissimulé et de sa voix enjouée il tint ces propos:

    ~ Tout le monde peut se tromper, si ils maîtrisent de telles armes alors tout n'est pas perdu. Riez, pleurez, faites ce que vous voulez humains, mais bientôt vous aurez la joie d'être détruits! DETRUITS PAR VOTRE FUTUR DIEU!!!

    S'élançant sur les véhicules armés il commença sa quête de terreur dans une explosion tonitruante.
Revenir en haut Aller en bas
Midnight
Fantasque
avatar

Masculin
Scorpion Dragon
Nombre de messages : 358
Age : 29
Classe : Psychiste toxique
Monde : FF IV - Baron's Castle
Grade : Fantasque Héros
Humeur :
Date d'inscription : 02/05/2008

Feuille de personnage
Rang: Héros
HP:
100/100  (100/100)
MP:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: ~ A Burning Entrance   Mar 16 Mar 2010 - 16:47

On est bien peu de chose
Et mon amie la rose
Me l'a dit ce matin
Vois le dieu qui m'a fait
Me fait courber la tête
Et je sens que je tombe
Et je sens que je tombe
Mon cœur est presque nu
J'ai le pied dans la tombe
Déjà je ne suis plus...

Hi hi hi c'est vraiment drôle comment cette chanson raisonne dans une tête de linotte nageant dans des hallucinations vedette, aussi intelligent qu'indigent, je suis indigeste ne demandant pas mon reste, tout ça pour un feu d'artifice pétillant valorisant le zigzagant vrombissement usurpant le végétant tout en le zigouillant

Toujours est-il qu'appréciant la compagnie d'un canidé, il la chantonnait en postillonant un peu partout autour de lui. Oh oui, il était d’excellente humeur. Comment ne pas l’être après tout, dans un monde aussi magnifique que le sien ? Et avec un croquemitaine-mitaine aussi beau et gentil que lui-même ? Une fois encore, il lui avait prouvé quelle place il avait dans son cœur. Ou du moins, l’importance qu’il avait pour lui, si l’on voulait être moins romanesque et plus prudent. Oui, Lysandre aimait à s'amuser avec lui-même et s'inventer des personnalités tel que le Funambule de la lune grise, le Voleur de Temps, le Croquemitaine saoul et bien d'autres. La seule chose commune outre le fait que tous ces protagonistes soit lui-même, était la règle d'or : être approuvé par lui, sa barbarie et sa douce mélodie aux teintes glauques de petites folies. M'enfin bref, comme disait autrefois un grand sage : Il en faut peu pour être heureux. C'était bien le cas de Lysandre, simpliste joyeux à la vue d'un toutou dévorant son déjeuner. Regardant l'animal engloutir ces pâtisseries salées avec un sourire hélas sur les lèvres. Lorsque visiblement, la maîtresse ? Ou bien peut-être la femelle alpha de la meute, essaya de stopper le quadrupède dans son élan. N'ayant que faire de pareille diffamations, tendant alors ses doigts, il caressa son ruban rouge de son index, puis enroula sa paume autour de l'animal, lui démontrant de l'affection avec une bonne caresse en premier lieu.

« Tu es mon ami ! »

L’ébauche verlainienne eut un sourire vacillant, flottant sur ses lèvres comme une houle innocemment ténébreuse, teintant son visage d’une marque de candeur pensive. C’était la première fois, depuis le début de cette journée mouvementée, que l'orchidée s’adressait directement à lui en le tutoyant, avec un luxe de confort presque déroutant… Une éclosion brutale de pivoines vint alors colorer alors les joues de la marionnette, d’un rouge légèrement rosé, laissant sa bouche sucrée en ressortir par rappel et contraste. Ses yeux se levèrent lentement vers le visage de l’Angel. Et si Lysandre en avait eu la possibilité, il lui aurait léché les lèvres…Hélas, un nouveau chapitre de ce théâtre rocambolesque venait à s'ouvrir. Et un homme-bourdon s'écriait avec une voix mieleuse, on aurait dit l'une de ses mauvaises clochette du pays des songes que Lysandre haïssait plus que tout. Un frisson lui parcouru l’échine, et sa bouche se serra fortement lorsqu’il entendit les pas appartenant à l’être dans son dos s’approcher de lui, avec une mesure toute particulière et une ponctuation singulière qui ne fit qu’émouvoir un peu plus le garçon :

« Je dois parler d'urgence au proviseur Mr. Leonhart ! Pourquoi il n'est pas dans son bureau, laissez moi tranquille c'est une urgence ! »

Graaa ‼ Silence ! Silence ! SILENCE I'LL KILL YOU ! Mais bon, à peine eut-il le temps de sentir la colère séculer dans son système nerveux comme sanguin, que deux gardes tentèrent de le retenir. Finalement, Lysandre préfèra continuer à manger avec son nouvel ami à quatre pattes en écoutant d'une oreille attentive la conversation, entre les deux gardes, l'homme-bourdon, la femelle alpha, et le rouquin qui ressemblait davantage à un chapelier. Au mot « Eshtar » Lysandre eut un déclic ! Ca alors, les habitants de cette ville serait donc des hommes-bourdons... Ce qui signifie que la ville serait une ruche ?! Comment une ruche pourrait-elle être la ville la plus avancée technologiquement ? A cause du miel ? Ah tient, en tout cas le miel c'est très bon. Oh, mais oui du miel avec les bretzels ça serait sûrement super comme repas. Enlevant une de ses chaussettes, Lysandre se fit un baluchon avec, mettant quelques bretzels dedans. Quand il sut que des navettes en départ pour Eshtar était ici, il ne lui en fallut plus pour se mettre en route. Mais, la tristesse d'abandonner son nouvel ami le retenait cloué au sol. Tournant délicatement la tête, comme si ce simple geste avait quelque chose de précieux, semblant regarder les alentours, en direction du théâtre. L’anagramme verlainien avait l’impression de voir ses paupières frémirent sous la chaussette turquoise bandant ses yeux, et ceci lui tira un faible sourire d’admiration, ponctué d’un soupir inaudible de bien-être. Il se sentait heureux, l’âme chaude de tout ces sentiments, le cœur comblé par l’apprentissage.

Alors, tendant une main dans l'ambiance ouatée et fraîche, le pantin glissa ses doigts sous la fourrure tiède de l’Angel, et écrivit sur un bout de papier, avec hésitation :

Je vais chercher du miel chez les hommes-bourdon. Lysandre

Puis il se mit en route pour cette nouvelle citée. Son cœur faisait des bons phénoménaux dans sa poitrine, la cognant si puissamment qu’il lui en faisait presque mal. Une douleur amère remonta jusqu’au niveau de sa gorge, et c’est à ce moment qu'il aurait voulu, plus que tout, avoir une langue capable de hurler un « Adieu !» fort et précis… Au lieu de cela, il secoua la tête, en signe de négation, resserrant un peu plus contre lui le voleur de temps, cherchant un quelconque réconfort. Ses yeux laissaient transparaître leurs luminescences cendrés, et la coulure sous son œil gauche sembla se glacer pour ne laisser voir plus qu’une couleur terne et enlaidie par la pluie de larmes qui avait suinté le long de ses joues creuses et sales. Un maquillage d’odalisque, d’hétaïre, qui lançait un regard doux et imprécis ; une incompréhension se peignait sur son visage avec la netteté pure des garçons qui ne veulent pas grandir et qui se refusent le contact au monde des adultes, avec leurs sentiments et leurs règles de loi risibles. L’anagramme d'un croquemitaine ne voulait pas se vouer à un tel contrat avec la vie, à tel point qu’il en avait claqué la moitié de la sienne pour lui résister réellement. Ses mains se crispèrent sur l’objectif à cette pensée, songeuses et timorées. Il se résigna finalement à monter dans cette navette, pour que le lever de rideau n'en soit que plus beau.



•°*”˜˜”*°•.•°*”˜˜”*°•

A près d'une centaine de kilomètres, Lysandre pouvait distinguer les formes voilées par les fumées de la ruche. Alors que sa navette s'approchait à grand pas, de la poussière et de la terre tombaient du ciel suite aux derniers impacts. Le Seed à côté de lui pressa ses mains contre ses oreilles et ferma les yeux tout en gardant la bouche ouverte pour que la pression ne fasse exploser ses tympans, comme on le lui avait appris, et pria pour que ce cauchemard prenne fin. A cette vue aussi pathétique, le Funambule éclata de rire et se moque du jeune homme. Lorsqu'un explosion retentit près d'eux et leur moyen de transport vint à s'écraser sur un panneau publicitaire. S'extirpant du véhicule, Lysandre chercha sa chaussette baluchon, quand il la trouva, il la sortit à son tour du véhicule, puis se retournant il la vit voler aussitôt en éclat.

« Putain ! Mes provisions ‼ Putain, putain, putain, putain ‼ »

Portant un oeil noir vers l'Eshtarien devant lui, il le regarda. Le garde recalibra son implant optique et regarda à nouveau l'écran de l'auspex panoramique. Il appela son escouade et trois autres hommes-mouches débarquèrent. Avançant d'un pas à l'unisson vers l'orchidée, ils lui hurlèrent dessus.

« Déclinez identité intrus, ou nous vous abattrons sans sommation. »

Hein ? Y se foutait de sa gueule cette saloperie d'insecte humain, non mais vas-y est-ce qu'il assassinait les bretzels d'autrui lui ? Alors que le croquemitaine saoul observait attentivement la formation pour trouver une brèche, il entendit une détonation tonitruante, le sol trembla et le souffle de l'explosion emporta les abeilles. Egalement projeté au sol, Lysandre se massait la tête. Il sentit l'odeur du sang et celle de l'urine et suffoqua, pressant son dos contre la paroi de terre de la tranchée qu'il occupait. Les ouvriers de la ruche couraient dans tous les sens sous l'effet de la terreur, leurs silhouettes se découpant dans les flash des explosions avant d'être fauchées par la tempête de feu.


Les rues donnaient l’impression à Lysandre d’un immense paquet de cheveux enchevêtrés, tous éclairés par la lumière somnambulique d’un réverbère malade. Elles s’entrecoupaient à chaque pas, dérivaient à chaque mètre, et se terminaient à chaque halte de la part de l'Orchidée Blanche. Leurs mains confondues permettaient à la marionnette de se laisser bercer par le doux éclat nocturne qu’explosait les drônes sur son visage et ses mèches pâles à tous les moments où ils se faufilaient sous ses rayons de nuit créée par des nuages d'explosions. Il s’habillait de cirrus illusionnistes, de pantins éméchés et d’éther noctambule effiloché. Les lèvres éternellement entrouvertes, le pantin cueillit le fruit obscur pour le goûter de sa bouche et laissa fondre ses miasmes sur sa langue tendue, qui s’amusait à glisser sur ses muqueuses en une caresse masturbatoire mielleuse et suggestive. Néanmoins, on ne lisait dans ses yeux que l’émerveillement de la candeur extrême, le dessein fumé de ses rêves posés contre une vitre de magasin teintée. Une musique délicate peignait sa partition infernale dans son esprit brumeux, un conte en-chanté délicieusement naïf et cruel de part son surréalisme miteux. Le voleur de temps en eut un petit sourire, et ses lèvres se mirent à danser lentement, s’entrechoquant en un son à peine audible, exerçant une ire contre le vent qui semblait vouloir lui arracher les mots de la bouche, soufflant contre sa langue son halètement paradoxalement festif et colérique.


« Une souris verteee Je l'attrape par la queue » murmure à nouveau le garçon aux cheveux de neige pour se donner du courage. Car du courage, il lui en faut. Quelqu'un peut lui trouver par quel jeu de circonstance il s'est retrouvé du Pays des Merveilles à ce lieu... lugubre ? Où est parti le soleil, l'herbe et le bruit des grillons ? De tout cela il n'y a plus rien. Que dalle. Désormais, les nuages se sont ligués pour envahir le ciel bleu, ne laissant filtrer aucun rayon solaire, plongeant l'endroit dans la semi-obscurité face à qui s'oppose, brave mais un peu suicidaire, un lampadaire tordu par le temps... ou quelques mains puissantes. Et un éclair de zébrer le ciel. Les gens fuyaient en hurlant « Monstre ! Monstre ! »

« Let's be happy, oh oh oh oooh, ow ♫ » clame-t-il un peu plus fort par-dessus le tonnerre qui entamait un nouveau morceau, un petit requiem. Flop, quelques enjambées rapides et le garçon se retrouve devant la place. Là au moins, ça en jetait plus que la misérable souche au Wonderland ! Bref, que faire, que Diable ? Un rapide regard circulaire permit à l'innocent Funambule Ménestrel de constater qu'il n'y avait aucun endroit à l'abri de l'herbe sournoise et à moins de trouver un bon moyen de changer de trip sur commande, il devra passer la nuit dans cette ville post-apocalyptique. Alors, prenant son courage à deux mains, le garçon poussa les cadavres qui s'ouvrirent sans râler.

SILENCE EEETT ACTIOONN ! Désormais, son souffle se fait murmure et il s'accroupit un instant pour reprendre sa respiration. Il fallait désormais décider de la marche à suivre. Déjà, trouver de la lumière. Sans la lumière des éclairs, les alentours étaient aussi obscurs qu'une nuit sans lune... Ah ! et si... Non, impossible ! Des Bonbons ... Pourquoi ces bonbons sont-ils étalés par terre... ? Caressant du dos de la main le sol marbré, Lysandre sentit le contact des papiers des sucreries. Sentant sa faim prendre le dessus, il se mit rapidement à quatre pattes et, sans pudeur, rampait à travers toute la route plongée dans l'obscurité, saisissant chamalows, mistrals gagnants, fraises tagadas et autres sucettes pour les enfourner sans cérémonie dans sa bouche ou dans ses poches. Son escapade sucrée le mena alors, involontairement, certes, au pied d'un homme. Sweety Candy Kid s'arrête brusquement et lève alors lentement les yeux : Un homme en pyjama. Visiblement il ricanait, hurlait et brulait à peu près tout sur son champ de vision. Lysandre se redressa et observa un petit moment cet étrange individu faire son spectacle. Puis dans un éclatement de rire, le voleur de temps lui adressa la parole :

« Salut, Salut ! »
Revenir en haut Aller en bas
Lightning
| Thunder Girl |
avatar

Féminin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 2401
Age : 28
Classe : Guerrière
Monde : Pulse
Grade : Héroïne
Humeur :
Date d'inscription : 19/10/2006

Feuille de personnage
Rang: 7
HP:
1000/1000  (1000/1000)
MP:
750/750  (750/750)

MessageSujet: Re: ~ A Burning Entrance   Lun 5 Avr 2010 - 2:32



    Du chaos immergea une forme cristalline qui émettait une chaleur aussi douce que les premiers rayons du matin. Ce cristal avait été comme sculpté, représentant une silhouette humaine, plus précisément l'image d'une jeune femme dans une finesse irréelle. La carapace dorée commençait à s'évaporer, lentement, se transformant sous état de vapeur en particules luminescentes. Puis, en une forte émission de lumière, le cristal laissait place à la personne qu'il enfermait en son sein. Sous le regard visiblement surpris de la femme, des dizaines et des dizaines de gens couraient en tout sens, dans un désordre ahurissant, elle qui se trouvait il y avait encore peu sur Pulse avec les autres. Comment s'était-elle retrouvée là ? Et puis d'ailleurs, où était-elle tombée ? Quelques personnes s'étaient retournés lors de son éveil pour reprendre finalement leur fuite effrénée, alors que d'autres n'y avaient pas prêté attention, trop soucieux de leur propre survie. Au loin, Lightning pouvait voir de la fumée noire s'élevait de flammes géantes qui engloutissaient la ville, petit bout par petit bout.

    Des crépitements, des cris et des pleurs, s'élevait un rire empreint d'une folie meurtrière. Cette voix masculine était faible, dû à la distance qui les séparait, mais elle glaçait tout autant le sang. Lightning ne savait pas pourquoi elle avait envie d'aller voir, savoir qui pouvait rire ainsi de cette scène apocalyptique qui se déroulait en ce moment même, c'était comme un sixième sens qui lui disait que la cause était là-bas, mais elle s'élançait, prenant peu à peu de la vitesse, pour finalement courir aussi vite que ses jambes en avaient la capacité.

    Elle était sur une route qui en croisait une autre en contrebas, à environ dix mètres. Là, c'est là qu'elle vit un personnage grotesque s'offrir en spectacle, ricanant, dansant, sautant, détruisant tout autour de lui, l'image d'un clown destinée à amuser les enfants, il venait d'en faire exploser un qui hurlait pour retrouver sa mère. Un tel acte la laissa sans voix, le visage ébahit, la jeune femme au cœur de pierre restait là, sans rien dire, sans rien faire, en état de choc. La bouche entre-ouverte, sa main droite qui voulait empoignait le manche de sa gunblade était pourtant parfaitement immobile. Son sens moral, son éducation et son sens de l'honneur lui insufflaient qu'elle n'avait pas le droit de laisser cela se produire, et malgré tout, elle ne pouvait s'empêcher de continuer à voir un autre homme rampait, s'empressant de faire ce qu'il faisait avec une insouciance déconcertante. Ils parlaient. De quoi ? Peu importe, c'en était trop !

    Lightning empoigna son arme qui se déplia immédiatement pour former une épée à la lame rapide et aiguisée, avant de s'élancer dans le vide tandis qu'elle activait d'un claquement de doigt son système lui permettant de ralentir la gravité de son corps, atterrissant sans encombre sur la route qui se trouvait en dessous. " Enfoiré ! " Sa voix guerrière criait alors qu'elle fonçait, l'arme brandie fermement tenue de ses deux mains, vers les deux hommes. Le cri de colère qu'elle n'avait pu s'empêcher de lâcher les avait averti de son intervention, et celui qui était à terre eu vite fait d'esquiver le premier coup. Sa course continua vers le personnage clownesque pour lui assener à lui aussi un coup de gunblade mortel. Sans succès. Son élan la projeta en une roulade dans laquelle elle eu du mal à reprendre ses appuis, faisant deux tonneaux, elle réussi à remettre pieds à terre, avant de se jeter à nouveau vers le clown, bondissant de toute sa hauteur ...




Dernière édition par Lightning le Lun 12 Avr 2010 - 16:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://rpgbleach.forums-actifs.com/forum.htm
Kenshin Eiji
Catalyseur d'esprit
avatar

Masculin
Bélier Chat
Nombre de messages : 6621
Age : 31
Classe : Guerrier
Monde : Dol
Grade : Maitre
Humeur :
Date d'inscription : 28/06/2006

Feuille de personnage
Rang: 1
HP:
1150/1150  (1150/1150)
MP:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: ~ A Burning Entrance   Lun 12 Avr 2010 - 15:31

(pour avancer le RP, Zell est actuellement mis au second plan, il peut revenir dans le RP des qu'il le souhaite, les nouveaux tours de rôles sont donc pour le moment Kefka-Lysandre-Lightning-Eiji)

"Sacrée matinée..."

Voila les mots que disait Eiji depuis 20 minutes déjà, lui qui pensait participer a un simple entretien avec l'un des professeurs de la BGU, se retrouve en mission d'alerte prioritaire en provenance d'Esthar. Que pouvait t'il bien se passer la bas pour que la ville la plus avancée technologiquement soit débordé? Quelle est cette menace terroriste dont a parlé le templier? Ses questions trouveraient bientôt une réponse étant donné que les explications sont prévues pendant le voyage. Arrivé au garage de la BGU, Zell était déjà présent et trépignait a l'idée de partir a l'Est du pays. Quand il aperçu Eiji et les autres apprentis, ainsi que les Seed qualifié, il esquissa un sourire ravageur débordant e confiance et d'enthousiasme.

"Yosh les nuls! J'explique vite fait la situation alors débouchez bien vos oreilles! On va a Esthar, on explose toute la menace et on rentre! mouep, ce plan me plait bien mais bon, en fait faudra être plus prudent, prenez place a bord d'un véhicule, une fois arrivé sur le continent estharien avec la BGU, on finira le trajet en voiture. les 4 équipes d'apprenti seed, venez avec moi dans l'hydre, touchez a rien et faites pas dans votre froc au decollage! wooosh Esthar on arriiiiive!"

"C'est bien ce que j'me disais, ce type est complètement barré... j'aime bien"

Eiji, tout comme les 15 autres apprenti, prit place a bord de l'hydre, soit, il n'y avait pas de place assise pour tout le monde mais le vaisseau était largement assez grand pour cette minorité de personne... Une fois dans l'hydre, Zell rassembla tout les apprentis et leurs expliqua la situation...

>>>La mission des Seed<<<

"Bon! mon truc c'est pas les discours alors j'vais faire dans le concret. On va a Esthar, apparemment, la menace terroriste, c'est un grand malade qui calcine tout ce qu'il voit dans son champ de vision. Bon sang rien que de penser a ce type, j'ai envie de le cogner! Alors vous vous doutez que votre but a vous, c'est pas d'aller lui mettre une rouste, vous êtes trop nuls. Votre objectif, c'est de vous repartir dans l'ensemble de la ville et de mettre en sécurité le maximum d'habitant, cherchez pas la confrontation avec l'autre psychopathe, les Seed s'en chargeront. vous êtes 4 équipes de 4 nuls, ça fait que chaque équipe va a une extrémité de la ville pour procéder a l'évacuation. Vous savez tout sur votre objectif, le retour a l'Hydre doit se faire avant que la nuit tombe, vous avez donc du temps devant vous mais c'est pas une raison pour en perdre hein! Vous savez tout ce qu'il y a a savoir, on arriveras avant les Seed pour protéger en priorité les habitants, lorsque c'est fait, ne jouez pas les héros et revenez immédiatement ici. Des questions?"

Eiji n'avait rien a redire, ça paraissait assez clair, les apprentis arrivent avant les Seeds, doivent éviter la confrontation et protéger les habitants, les Seeds arriveront ensuite et vont mettre une rouste a ce malade... Mais quelque chose dérangeait le Balambien. Comment une seule personne peut produire un tel vacarme dans une aussi grande ville, il devait être incroyablement puissant ou avoir des complices qui n'ont pas été mentionnés. Quoi qu'il arrive, Eiji n'avait pas envie de se mêler a la baston, bien trop flemmard pour risquer sa vie inutilement... Puis bon, il voulait surtout obtenir son diplôme et donc s'en tenir au règles. Par contre, nul doute qu'il ne penserait pas a fuir si il voyait ce type, non pas parce qu'il voulait faire son courageux, mais surtout parce que s'il est aussi puissant, il n'aurait aucune chance de s'enfuir. C'est alors qu'il dévisagea Zell de haut en bas, lui posant alors une question.

"Et vous, que comptez vous faire?"
"Mwarf, j'ai le truc le plus chiant. Attendre et donner des consignes aux autres équipes, vous en avez d'la chance de participer a l'action, mais z'en faites pas, j'arriverais bien vite pour achever l'autre clown"

Un clown, drôle de surnom pour un type qui est en train de détruire une ville, ce Zell était vraiment un cas a part, capable de rester calme et confiant dans n'importe quelle situation. Eiji ne l'aurait pas qualifié de clown, il pensait plus a une espèce de tas de muscles habillé en noir avec des yeux rouges bombardant la zone au milieu des flammes. mais pourquoi personne ne savait dire exactement qui il était, pourquoi ce type n'a jamais fait parler de lui auparavant... Tout ceci tracassait Eiji. Mais une secousse le sortit de ses pensées. L'hydre venait d'atterrir a Esthar.

"Wow, les nuls, on est arrivé a destination, faites pas vos boulets surtout et bonne chance!"

>>>Début de la mission<<<

L'hydre venait de se poser, les réacteurs commençait a éteindre leurs flammes rugissantes et la porte de la soute arrière s'ouvrait petit a petit. Zell était la, devant toute sa petite armée d'apprenti seed anxieuse mais déterminé a faire ce qu'ils avaient a faire. Eiji était la, dans ce groupe, tout aussi anxieux que les autres. Sacrée différence de niveau comparé a son précédent test Seed, rien a voir, un tout autre danger, une menace qui pouvait certainement détruire le monde s'il le voulait... Zell sortit alors que la soute n'était même pas complètement ouverte et se réceptionna sans aucune difficulté et fit un geste du bras pour donner le signal aux 4 groupes de descendre. Eiji fut l'un des premiers a courir vers la ville, pas le moment de flancher de toute façon. Il regarda la ville, tout ce qu'il pouvait apercevoir au loin, c'était des explosions et de la fumée, mais le pire, ça restait le cri permanent de la terreur qui flottait, des pleurs, des cris, de la souffrance. Eiji serra le poing et respira un grand coup avant de s'élancer. l'équipe D donc faisait parti Eiji devait se rendre au point Nord. La pire destination possible puisqu'il fallait traverser la ville, et bien entendu, toute ses explosions se trouvaient sur la route... Dés les premiers instants, Eiji aperçut déjà les premiers blessé, deux ou trois hommes, une femme et deux gamins. L'un des gosses portait le second, évanoui, sur son dos et avait une énorme brulure a la jambe, les autres étaient vraiment en mauvais point, tout leurs membres était complètement déchiqueté a en voir la chair. Eiji resta bouche bée quelque secondes et se dirigea vers eux...

"Hey vous, partez vers le Sud, des navettes médicales et militaire arrivent, vous serez en sécurité."
"Merci, on y va... Même si aucune armée peut battre ce type..."
"Ce type, vous l'avez vu? a quoi il ressemble?"
"Aucune idée, le temps de le voir, et plusieurs boules de feu ont explosé devant nous, c'était un déluge de flamme, on pouvait même pas les compter."
"Merde. vous inquiétez pas, on s'en charge."

Eiji continua sa course effréné en essayant de glaner le maximum d'information sur les personnes qu'il trouvait en chemin, continuant de hurler que les civils devaient se diriger vers le sud... De plus en plus qu'il avançait et de moins en moins il y avait de la vie, plusieurs cadavres jonchait le sol et la fumée noire épaisse embrumait les poumons du catalyseur d'esprit... C'est alors qu'il assista une atroce scène. Un enfant était seul au milieu des décombres, les larmes coulant le long de ses joues noircie par l'abondante poussière soulevé, il avait l'air de chercher après sa mère, mais a peine pleurait t'il qu'une énorme boule de feu alla a sa rencontre et le fit taire a jamais. La puissance de cette fournaise obligea Eiji a se protéger le visage et une fois le souffle passé, il se rua sur le corps de la victime inerte... C'est alors qu'Akemi mis en garde Eiji. Relevant la tête, il croisa le regard du faiseur de trouble. Habillé dans un vêtement multicolore, un sourire malsain, et un rire des plus hystériques. Eiji eut un rire forcé, un clown. Ce type ressemblait a un gros clown psychopathe a qui on a donné un peu trop de magie... Eiji s'apprêta alors a passer a l'attaque mais alors qu'il empoigna le manche de son épée, une onde malsaine toucha son âme. Tétanisé par une peur inexplicable, il laissa son regard sur Kefka et n'arrivait plus a bouger un seul doigt. Oui, Ce type était tellement puissant qu'Eiji en était complètement retourné, il dégageait tellement d'envie de détruire et de pouvoir que le plus doué des Seed passait pour un nourrisson... Eiji secoua alors un bref instant sa tête et fixa de nouveau l'énergumène. Reculant de quelques pas, il n'avait soudain plus aucune envie de lutter contre ce type, c'est alors qu'il sentit une autre présence a côté de ce type. A y regarder de plus prêt, ouais, c'était le même type qui était assis avec lui a la cafeteria. Mais pourquoi il lui parlait, était t'il inconscient? A cette distance, Eiji n'entendit rien de la conversation mais fût une nouvelle fois perturbé par une troisième présence... passant a côté d'Eiji dans sa course, offrant un courant d'air sur sa peau, une jeune fille aux cheveux clair se dirigea vers l'homme prête a l'attaquer. Eiji tendit alors le bras dans l'espoir de l'en empêcher mais la seule chose qu'il attrapa, c'était quelques cheveux de sa tresse qui glissèrent dans sa main, en dépit de la retenir, il ne put alors que la prévenir...

"Arrête, n'y vas pas! va vers le Sud y'a des vais...."

Même pas a t'il eut le temps de finir sa phrase que la nouvelle venue attaqua les deux personnes avec talent, un talent et une rapidité qu'Eiji n'avait même pas. Elle était douée, et malgré son talent, Les deux cibles de l'attaque venait d'éviter les coups. Eiji ne comprenait plus rien, qui étaient tout ses gens a la force démesurée, pourquoi s'affrontaient t'ils en plein milieu d'Esthar. Quoi qu'il en soit, la fille avait l'air d'être dans le bon camp. Eiji accouru alors a ses côtés, dégainant également son arme, légèrement intimidé par sa beauté mais surtout par l'arme qu'elle tenait, Eiji essaya de garder son professionnalisme.

"euhm, Vous occupez pas de lui, les Seed arriveront sous peu et le neutraliseront, on va s'occuper de la sécurité de la ville."

Sa phrase n'eut pratiquement aucun impact, sur le coup, la fille ne bougea même pas un cil, continuant de fixer le clown...

_________________





Dernière édition par Kenshin Eiji le Mar 13 Avr 2010 - 15:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cloud Strife
• Lonely Wolf •
avatar

Masculin
Sagittaire Chat
Nombre de messages : 229
Age : 30
Date d'inscription : 09/03/2009

Feuille de personnage
Rang: Héros
HP:
1200/1200  (1200/1200)
MP:
1100/1100  (1100/1100)

MessageSujet: Re: ~ A Burning Entrance   Lun 12 Avr 2010 - 18:30


    Il est aisé de détruire. Après tout l'homme sait créer mais ce n'est pas là son plus grand don. Du moins pour Kefka, il est certain que ce qui l'attire dans le pouvoir de l'humanité c'est le don de pouvoir réduire à néant les créations d'autrui. La destruction ne doit pas être banalisée en tant qu'acte barbare visant à dépouiller les autres de leurs biens. Non la destruction est un art, une façon de voir les choses et de se dire que rien n'est éternel. Si on peut fabriquer, alors on peut détruire c'est aussi simple que ça.

    LA DESTRUCTION N'EST PAS CENSÉE AVOIR DE SENS, C'EST JUSTEMENT ÇA QUI LA REND ATTRAYANTE!

    Dans un enfer tonitruant, Kefka le sombre magicien continuait de dispenser mort et fracas. A plusieurs kilomètres à la ronde l'on n'entendait plus que les chocs de ses sorts s'écrasant sur ses victimes et sur les bâtiments qui l'entouraient.

    Une zone morte l'entourait maintenant ou nombre de gravats et autres éclats d'humains jonchaient le sol. C'était un véritable massacre et plus rien ne semblait s'interposer par peur. Les machines volantes faisaient toutes demi tour et les soldats fuyaient la queue entre les jambes. Ce spectacle cocasse amusait Kefka au plus haut point qui prenait de plus en plus de plaisir à les faire bruler.


    ~ Fuyez donc bande de larves insignifiantes! Vous ne méritez même pas d'être écrasé sous mes chaussures! Qu'est ce qui m'a fichu des incapables pareils? Défendez vous!!! C'EST UN ORDRE!!!!

    Dans un dernier cri il expulsa une salve d'énergie qui explosa sur une parcelle d'autoroute. Cette dernière se décrocha lentement pour tomber sur un regroupement de réfugiés. Dans un bruit sourd ou l'on pouvait distinguer le bruit des os qui pliaient sous le poids du fer et du ciment, les survivants furent tous exécutés...

    Le spectacle pouvait paraître cruel pour le commun des mortels mais Kefka avait dépassé ce stade, il ne prenait du plaisir que lorsqu'il tuait sans la moindre raison.

    Alors qu'il gigotait dans tous les sens, dansant au rythme de ses boules de feu il se sentit tout à coup comme allégé. En effet certains bonbons qu'il avait habilement placé dans l'une de ses poches se répandaient sur son chemin. Et lorsqu'il découvrit que ses précieux mets avaient tous disparus il entrevit un jeune homme à ses pieds la bouche pleine de ses trésors!

    Quel petit insolent, pensa Kefka au fond de lui, mais alors qu'il s'apprêtait à donner le coup de grâce, l'être humain s'adressa à lui d'une manière si désinvolte que le clown se ravisa. Il ne ressentait pas la peur qui habitait le corps de tous les autres. Il était rempli d'une aura si opaque que même les pouvoirs magiques de Kefka ne parvenaient pas à percer son coeur et son âme. Il apparaissait aux yeux de notre clown comme une coquille vide. Et ce n'était pas sans lui rappeler quelques souvenirs! Terra Brandford avait exactement le même profil. Un profil facilement malléable et exploitable à souhait.

    Doucement Kefka se baissa pour se mettre au même niveau que son invité de fortune, il pencha la tête sur le côté et prit un air intéressé:


    ~ Hé bien petite chose, que me vaut l'honneur d'une telle visite? Veux tu détruire avec moi? Tu ne peux pas me mentir, je sais que tu as quelques sortes de pouvoirs. Qu'es tu capable de faire? UNE GROSSE EXPLOSION??? HOU HOU HOU HOU

    ...

    ~ Hum excuse moi je me suis laissé emporter. Bien, reste là et fais ce que bon te semble.

    Détournant maintenant son regard du jeune humain il sentit comme une présence agressive fonçant à toute vitesse sur lui. Il s'agissait d'une jeune femme apparemment. Elle avait les cheveux roses une tenue claire, les guiboles à l'air et l'épée pointée sur Kefka, elle se déplaçait avec aisance dans les airs. Mais c'était encore trop lent!

    D'un mouvement de jambe rapide Kefka s'élança dans les airs, il était comme insensible aux effets de la gravité et pouvait se mouvoir librement. Flottant à grande vitesse il passa sous l'épée tendue vers lui et pointa son visage effrayant à quelques centimètres de celui de son opposant.


    ~ Bonjouuuuuur! Navré mais c'est privé ici.

    Ses yeux changèrent et devinrent beaucoup plus durs et menaçants. Il plaça alors sa main juste devant le visage de Lightning et dit alors avec une voix grave et perçante:

    ~ Dégage!

    Sa main se remplit alors d'énergie et explosa littéralement à la figure de son vis-à-vis l'expulsant violemment au loin.

    Débarrassé de cette gêneuse il atterrit alors au sol pour discuter avec son nouvel "ami"


    ~ Alors petite chose, quel est ton nom?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~ A Burning Entrance   

Revenir en haut Aller en bas
 
~ A Burning Entrance
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Infinity :: » Zone RP :: ~•' Dol '•~ :: Esthar-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com